18-gingerbread

 

Le gingerbread man

Le pain d'épices est utilisé depuis le XVème siècle et l'attribution d'une forme humaine se pratiquait déjà au XVIème siècle. Les premiers bonshommes de pain d'épices connus ont été servis à la cour de la reine Élisabeth I d'Angleterre qui aimait beaucoup offrir à ses invités de marque des bonshommes à leur effigie. En Amérique du Nord, ce sont les immigrants d'Europe, vers 1800, qui ont amené avec eux le pain d'épice. Le premier bonhomme de pain d'épices aurait été apporté vers 1854 par des moines Suisses qui le donnaient alors aux malades et l'ont ensuite préparé pour chaque Noël. Aujourd'hui, le gingerbread man fait partie des traditions de Noël qui perdurent sans faiblir. La plupart d'entre-eux partagent les mêmes caractéristiques physiques avec des pieds tronqués et aucun doigt. S'ils ont généralement un visage, il peut être soit incrusté directement dans le biscuit, soit dessiné sur sa surface par un glaçage ou du chocolat. La décoration la plus populaire concerne les boutons de chemise, traditionnellement représentés par des boules de chewing-gum, du glaçage ou des raisins secs. En Suède, il est fréquent que des enfants se déguisent en bonhomme de pain d'épices pour le défilé de la Sainte Lucie.

La chanson du gingerbread man :

Run, run, as fast as you can ...
You can't catch me !
I'm the gingerbread !

 

18